Mon ado ne m’écoute plus ! Le stress lié à la puberté est arrivé chez vous ?

Votre fils ou votre fille a changé : Votre enfant a maintenant ses propres centres d’intérêt, est en contact permanent avec ses amis, exprime ses opinions avec véhémence. Les disputes régulières, le silence pendant des jours et des jours ne sont pas rares. Les conversations ensemble, par contre, sont plutôt rares. La plupart du temps, votre enfant est assis à table, la tête baissée, le regard fixé sur son téléphone portable, en contact avec ses amis. Les conseils bien intentionnés ne sont pas cool et sont rejetés avec des « Oh Maman, Oh Papa ». Votre ado ne vous écoute plus.

La puberté signifie le changement. Même si les parents ont généralement besoin de bons nerfs pendant cette période, c’est un soulagement de savoir : C’est normal. À l’âge de la puberté, les enfants ne veulent plus qu’on leur donne des ordres. Ils remettent en question les valeurs et les normes de leurs parents et sont à la recherche de leur propre personnalité, de leur propre voie, de leur propre vision du monde. Votre enfant développe sa propre identité, il fait ses propres expériences, il devient plus autonome. Cela fait partie du processus de quitter le « nid familial ».

 

Comment les parents peuvent-ils atteindre leur adolescent ?

Essayez toujours de repérer exactement le moment où vous pouvez avoir l’attention de votre enfant. Dans ces bons moments, essayez de ne pas trop parler et de ne rien dire de superflu. Évitez les répétitions et surtout de dire la même chose de la même manière. L’enfant va immédiatement passer à l’action. Pensez à votre jeunesse, comment auriez-vous aimé qu’on vous parle à l’époque ? Il est également utile de « frapper à la porte » à l’avance, de demander si votre enfant a le temps ou quand cela convient le mieux. Les bons moments sont également ceux où aucun média ne vient interrompre votre attention, par exemple lorsque vous mangez. Si c’est très difficile, prenez-rendez-vous pour une sorte de « conseil de famille » où chacun a la possibilité d’évaluer ce qui va bien et ce qui devrait être fait différemment. Ici, vous pouvez aussi demander directement : Comment puis-je vous parler pour que vous m’écoutiez ? Il est généralement important de parler à hauteur des yeux!

Même si c’est parfois épuisant, de nombreux jeunes sont très ouverts à la discussion. Ils veulent dénoncer l’inconvénient, s’attaquer aux injustices, connaître la vérité, apprendre de nouvelles choses. La façon dont les jeunes perçoivent le monde peut être très enrichissante pour les parents. Intéressez-vous à ce qui intéresse les jeunes, même si vous n’y avez pas accès vous-même. Posez des questions sans juger, écoutez sans prendre position, sans donner des réponses aux questions qui ne sont pas posées. Tant les parents que les enfants tirent profit de cet échange.

Il devrait être absolument tabou de ne pas exploiter ces bons moments pour des interrogatoires. Les jeunes doivent savoir qu’il est possible de faire quelque chose ensemble sans être interrogés sur l’école ou sur un autre sujet permanent, afin qu’ils soient plus enclins à vouloir faire quelque chose ensemble. Vérifiez votre attitude intérieure : voulez-vous contrôler ou êtes-vous vraiment intéressé? Ainsi, des questions comme : « Comment aimes-tu l’école ? Est-ce que tu t’amuses ? sont mieux que « comment était l’école ? ». Elisabeth Raffauf, psychologue diplômée et auteur, affirme que « les interrogations, les sermons, les reproches » – sont les 3 attitudes rouges de la relation parent-enfant. C’est là que les enfants et les adolescents se déconnectent. Les 3 attitudes vertes, par contre, sont : La confiance, être un modèle et se montrer compréhensif. Rencontrez votre enfant de manière respectueuse, vis-à-vis de ses intérêts et aussi de ses amis.

N’ayez pas peur des conflits. Selon le pédagogue Winter, les conflits sont un travail relationnel, car un conflit signifie que des sentiments sont présents, qu’une relation existe. Dans un conflit, on est face à autre personne et on est lié par les émotions. Dans un conflit, votre enfant veut à la fois rester en relation avec vous et se détacher.

Il est également utile de réduire l’espoir de ne pas toujours être en mesure de rendre la relation la meilleure possible. Il y aura de bons moments ; mais il y aura aussi des situations qui vous mettront à l’épreuve. D’une part, vous voulez soutenir votre enfant et lui donner tout l’espace nécessaire, d’autre part, vous voulez protéger votre enfant. Vous vivez des conflits intérieurs. Lâcher prise n’est pas facile.

Même si ce n’est pas toujours aussi facile pour les parents, vous pouvez de temps à autre déjà faire confiance aux jeunes. Il peut être utile d’examiner les bons côtés, la façon dont les enfants deviennent autonomes, comment ils se développent, comment ils prennent des décisions dans la vie, comment ils développent leurs talents.

De manière générale, on peut dire que la puberté de vos propres enfants est toujours un défi et inquiète parfois les parents ; les parents se sentent parfois mis au défi, parfois dépassés et souhaitent de l’aide et du soutien – et c’est très bien ainsi !

L’Ecoute parents 26 64 05 55 offre des conseils, des informations et une orientation – de manière anonyme et confidentielle. Vous êtes le bienvenu ici à tout moment. Des conseillers spécialement formés peuvent vous soutenir et vous conseiller, et vous orienter si nécessaire vers les centres de conseil compétents.

Nous sommes disponibles du lundi au vendredi de 9 h à 12 h, et le mercredi soir de 17 h à 20 h au numéro 26 64 05 55.

Enfin les vacances d'été : enfin un moment de détente et de ralentissement dès maintenant

Tout est différent cette année... y compris les vacances d'été....

COVID-19 – Comment vas-tu?

Comment bien gérer l'incertitude ? Prends soin de toi...