• abus_sexuelquand quelqu’un te touche d’une manière que tu n’aimes pas et sans ton consentement
  • quand on te force à une relation sexuelle
  • quand quelqu’un te force à regarder des images ou des vidéos à caractère sexuel
  • quand quelqu’un te fait assister à des actes ou des exhibitions à caractère sexuel
  • si tu es amené par force ou par ruse à des actes de caractère sexuel qui te sont désagréables…

Peu importe ce qu' une personne peut de dire, si quelque chose de pareil t’arrive, ce n’est pas de ta faute. Personne n’a le droit de te faire faire ou te faire subir des choses si tu n’es pas d’accord.

Trouve une personne à qui parler

Pour une victime de violence sexuelle, il est souvent difficile d’en parler à quelqu’un, parce qu’on se sent sali(e) et blessé(e) dans ce qu’il y a de plus intime. Souvent les victimes ont honte pour ce que leur a été fait et elles ont peur de ce que pourra arriver si elles en parlent.

Ça demande beaucoup de courage, mais si tu arrives à en parler, tu trouveras une personne qui pourra t’aider.

Les personnes qui commettent des abus sexuels.

On ne peut pas reconnaître de l’extérieur si une personne est susceptible d’abuser d’un enfant ou d’un jeune. Ça peut être n’importe qui, mais le plus souvent ce sont des personnes que la victime connaît, en qui elle a confiance, qui font parti de sa famille ou de son quotidien.

Un abuseur peut investir beaucoup de temps et d'énergie pour gagner la confiance de sa victime.

Je crois que mon ami(e) est victime de violence sexuelle.

Si tu as du souci pour un(e) ami(e) et tu crois qu’elle est victime de violence sexuelle, fais lui comprendre que tu es là pour parler. Ton ami(e) aura peut-être des difficultés pour en parler parce qu’il ou elle aura peur des conséquences. S' il ou elle accepte de t’en parler, tu pourras par exemple l’aider à trouver une personne adulte en qui il ou elle peut avoir confiance.

Si j’en parle, est-ce-qu’on va me croire?

Parler d’un abus sexuel, c’est vraiment difficile et demande beaucoup de courage. Peut-être tu n’es pas sûr qu’on va te croire si tu parles à quelqu’un. En effet il n’est pas exclu que tu tombes sur une personne qui ne veut rien entendre de si désagréable, qui te dira peut-être que tu exagères ou que tu as mal compris l’action de la personne qui t’a agressé(e) sexuellement. Pour un fait tabou comme l’abus sexuel de telles réactions sont fréquentes.

Pour la victime cela implique de ne pas se laisser décourager et d’abandonner, mais de chercher une autre personne prête à entendre et à aider. Tu pourras aussi appeler le Kanner-Jugendtelefon ou nous écrire. Tu trouveras un écoutant ou un correspondant qui connaît la situation de victimes d’agressions sexuelles.

Si je prends contact avec le KJT, est-ce-que je dois tout raconter ?

Les écoutants du KJT sont là pour t’écouter et pour t’aider. On ne te demandera pas de raconter des choses dont tu ne veux pas parler: c’est toi qui décide! C’est toi qui garde le contrôle ! L’écoutant t’aidera à trouver une démarche ou tu pourras te sentir en sécurité et en confiance. Si tu le veux, il te mettra en contact avec des services qui sauront intervenir pour de protéger.